l'Arbre des Sephiroth

Correspondances

l'Arbre

les Sephiroth

Représentations

Subdivisions

Correspondances


Il est possible de trouver de nombreuses correspondances entre les diverses traditions et l'Arbre de la Kabbale. Cet exercice, qui consiste à rapprocher des concepts issus d'autres doctrines, est à la fois passionnant et délicat. Passionnant, car il enrichit la perception que l'on peut avoir de ces doctrines et montre l'universalité des notions abordées par la Kabbale. Délicat car il s'agit d'unifier sans uniformiser, de mettre en évidence des affinités et non de faire coller "à tout prix" un système au dessin de l'Arbre. Les exemples qui suivent ne sont que des pistes de réflexion. La disposition des éléments de l'Arbre y est sommairement argumentée. Toute disposition doit rester cohérente non seulement avec les attributs des sephiroth mais aussi avec leurs interactions (schématisées par les sentiers). Enfin, ces qualités et ces interactions  doivent trouver leur justification dans les caractéristiques du système mis en correspondance.

Orient et Occident

A l'aide du diagramme des Trois Piliers, il est possible de rapprocher trois notions communes aux traditions orientales et occidentales.

 

Dans la figure ci-contre, les termes employés sont empruntés au taoïsme et à l'hindouisme.

 

 Le pilier de gauche, associé à la notion de Sévérité et Forme, regroupe les termes liés aux notions d'inertie.

 

Le pilier de droite, associé à la notion de Miséricorde et de Force, regroupe les termes liés à la polarité positive, au mouvement.

 

Enfin, le pilier central, associé à la notion de conscience, d'harmonie entre force et forme, rassemble les principes d'équilibre.

Selon la tradition chinoise, le Tao ("la Voie") est un absolu, un principe universel, transcendant et immanent, racine du ciel et de la terre. Ses attributs sont ceux de Kether qui domine le pilier de l'équilibre. L'absence de tumultes, la sérénité, caractérisent la Voie. Le pilier central est contemplation et connaissance de soi, résolution des dualités incarnées par yin, l'aspect féminin, et yang, l'aspect masculin. Indissociables, ces polarités créent les tensions indispensables à la manifestation des potentialités du Tao. De même, Tamas, l'inertie, et Rajas, l'activité, sont les moteurs des évènements du monde et la maîtrise des énergies qu'ils mettent en oeuvre apportent Sattva, la paix.

 

Le panthéon grec

La plupart des traditions ont un dieu suprême, tout-puissant et inaccessible. Cette constatation, ajoutée à l'existence de rôles précis pour les autres dieux, fait apparaître le polythéisme comme un monothéisme différencié. Ainsi le panthéon grec s'articule remarquablement sur l'Arbre.

 

Eros est positionné en Kether. Ouranos en Chokmah et Cronos en Binah. Dans la sphère de Binah, nous plaçons aussi Gaïa et Rhéa. Zeus vient naturellement à la place de Chesed. Tandis que Geburah accueille Ares et Hera. Apollon apparaît dans le soleil de Tiphéreth. Les attributs d'Aphrodite la positionne en Netz'ah, ceux d'Hermes en Hod. Artemis (et ses aspects Hécate et Séléné) nous semble proche de Yesod. Enfin, Heraclès (Hercule), est l'homme qui va tenter de parcourir la totalité de l'Arbre.

 

Ne sont représentés ici que les dieux qui nous ont semblé les plus caractéristiques. Leur agencement sur l'Arbre n'est qu'une proposition possible. Il faut comparer les symboles et les qualités associées à ces dieux aux attributs des sephiroth pour juger du degré de pertinence d'un tel rapprochement. 

Le Chaos, la Nuit et l'Erèbe qui précèdent la création du ciel et de la terre s'apparentent aux voiles du non-manifesté. Eros, dieu antérieur à toute antiquité, est l'élan créateur, celui qui influence et maintient toute la création. Ouranos, le ciel, plongeait ses enfants dans l'Abîme tandis que Cronos/Rhéa les dévorait. Cronos et Gaïa/Rhéa peuvent être associés aux deux aspects de Binah. Le couple se suffit à lui-même mais soudain l'équilibre est rompu : Zeus échappe à la mort, l'Arbre continue son déploiement. Zeus est le dieu qui gouverne, qui assure la cohésion du royaume, le garant de l'écoulement perpétuel (sans doute est-ce là l'origine de la fameuse ardeur de Zeus). Il est souvent représenté assis sur un trône, tenant un sceptre. Hera, incarnant rigueur et jalousie, est l'épouse de Zeus. Nous lui associons l'aspect masculin d'Arès, dieu de la guerre. Ce dernier apparaît parfois avec avec la Discorde et la Crainte, perceptions usuelles de Geburah. 

 

Apollon incarne la beauté. Il est musicien, c'est-à-dire créateur d' harmonie (avec la lyre pour symbole). C'est aussi un dieu guérisseur. Aphrodite est la déesse de l'Amour et de la joie. Hermès, le messager, est le dieu des inventeurs, créateur du langage et de mille autres choses. Avec Héra, qui incarne la raison, il manifeste les qualités de Hod. Artémis est une déesse lunaire, jumelle d'Apollon. Ses aspects sont Hécate (côté sombre, inconscient) et Séléné. Hercule, à l'issue de ses douze travaux (qui peuvent être vus comme un parcours initiatique de l'Arbre), devient immortel. Cette immortalité, cette réalisation, est sans doute le dessein des hommes incarnés dans Malkuth.